Patine d'Autrefois

Technique de base pour cirer un meuble

Tablette cirée

Vous pos­sé­dez des meubles anciens aux­quels vous sou­hai­ter redon­ner une patine « à l’an­cienne », mais vous ne savez pas com­ment vous y prendre ? Cet article devrait pou­voir vous aider : cirer, ce n’est rien de bien com­pli­qué, juste un peu de temps et d’huile de coude !

Nous allons vous pré­sen­ter une méthode de base afin de cirer (ou plu­tôt encaus­ti­quer) vos meubles. Il existe d’autres méthodes (ciré au tam­pon, ciré au liège, …), nous vous les ferons décou­vrir ulté­rieu­re­ment.

Pourquoi devrais-je perdre mon temps à cirer mes meubles ?

C’est vrai çà… J’ai une sai­son de « Games Of Thrones » de retard, les jouets des enfants épar­pillés par­tout dans l’ap­par­te­ment, la cor­beille à linge déborde…

Outre la « bonne odeur de téré­ben­thine » (voir l’ar­ticle à ce pro­pos) qui se répand dans la pièce et l’as­pect « zen » que l’on peux res­sen­tir en pre­nant soin de ses meubles, cirer pro­cure aus­si les avan­tages sui­vants :

  • Si votre bois est « brut », on peux uti­li­ser l’en­caus­tique comme fini­tion afin de pro­té­ger le bois. On pro­tège le meuble des marques, des tâches et des pous­sières ! Elle a l’a­van­tage de lais­ser « res­pi­rer » le bois contrai­re­ment à une fini­tion ver­nis qui bloque le sup­port (mais aus­si l’in­con­vé­nient d’ap­por­ter moins de pro­tec­tion).
    Si la cire est tein­tée, on apporte une colo­ra­tion au bois, ce qui a l’a­van­tage d’être plus réver­sible qu’une tein­ture direc­te­ment pas­sée sur le bois avant un ver­nis par exemple …
    De plus, la cire, en chan­geant la réflexion de la lumière sur le bois, en réhausse le vei­nage. Géné­ra­le­ment, on applique l’en­caus­tique après une ou plu­sieurs couches fines de fon­dur (ce n’est pas la meilleure solu­tion car cela bloque le sup­port), de gomme laque ou plu­sieurs couche d’huile sic­ca­tive (de lin, de chanvre, ou huile de bois de Chine…). Par contre, atten­tion à ne rien mettre au des­sus d’une couche de cire !Si la cire est l’u­nique couche de fini­tion du bois, alors on pour­ra effec­tuer les étapes décrites ci-des­sous pour cirer plu­sieurs fois de suite (autant de fois que vous vou­drez) en veillant à ce que les couches res­tent fine… La fini­tion sera moins résis­tante que si l’on avait appli­qué une couche de pro­tec­tion comme indi­qué dans le para­graphe pré­cé­dent, mais cela peut suf­fire pour des objets qui ne sont pas sou­vent uti­li­sés comme des mou­lures de cadre…Tablette cirée
  • Si votre bois a déjà été ciré,  on peux appor­ter d’autres fines couches pour chan­ger l’as­pect brillant et don­ner un aspect plus « brut ». Au bout de quelque temps (en géné­ral tous les ans), on cher­che­ra sur­tout à pro­té­ger à nou­veau la pel­li­cule de cire qui a pu être endom­ma­gée par les traces de doigts, d’es­suyage au chif­fon …
  • Si votre bois est ver­nis, le cirer apporte :
    • Un brillant (une patine) : on joue sur les reflets de la cire avec la lumière.
    • Une pro­tec­tion contre les petites marques et autres tâches ou pous­sières.

On voit sou­vent dans les publi­ci­tés pour les cires un argu­ment pour le moins dis­cu­table :  cirer per­met­trait de « nour­rir » le bois ! C’est une bien belle image, mais cela n’a pas vrai­ment de sens …

Par contre, atten­tion, trop cirer votre meuble risque d’empâter la sur­face du bois et de le rendre terne. Veillez à n’ap­pli­quer qu’une fine quan­ti­té de cire à la fois.

Les différentes encaustiques

Vous trou­ve­rez dans le com­merce la « cire » sous deux formes :

  • Une forme liquide, que l’on trouve plu­tôt dans des bidons : on uti­li­se­ra un pin­ceau ou une mèche coton pour l’ap­pli­quer.
  • Une forme pâteuse, que l’on trouve dans des boites rondes : on pré­fé­re­ra le chif­fon pour l’ap­pli­quer (bien qu’il existe d’autres méthodes que nous ver­rons ulté­rieu­re­ment). Elle peut éga­le­ment être appli­quée au pin­ceau.

Atten­tion avant d’a­che­ter votre encaus­tique : pré­fé­rez les encaus­tiques réa­li­sées à par­tir d’es­sence de téré­ben­thine pure gemme.

Entre les deux formes, laquelle choi­sir ? La forme liquide per­met un tra­vail rapide et est par­ti­cu­liè­re­ment utile dans les meubles com­por­tant beau­coup de mou­lures, cela per­met­tant de ne pas sur­char­ger en cire. Par contre, il y a des risques de voir les marques de pin­ceaux (prendre des pin­ceaux de qua­li­té) !. La forme pâteuse per­met d’é­vi­ter les éven­tuelles cou­lures de la forme liquide.

Les outils

Pour appli­quer la cire sur votre meuble (selon cette tech­nique de base car il existe d’autres méthodes), vous aurez besoin de :

  • Encaus­tique (de pré­fé­rence à la téré­ben­thine pure gemme)encaustique
  • Un chif­fon pour appli­quer la cire, s’il s’a­git d’une cire pâteuse. On peut aus­si bien enten­du uti­li­ser un vieux t‑shirt en coton non pelu­cheux (ou des vieilles chaus­settes). Bien sûr propres de pré­fé­rence 😉
  • Un pin­ceau (en soie de pré­fé­rence) pour appli­quer la cire, s’il s’a­git d’une cire liquide. Pré­fé­rez un pin­ceau de bonne qua­li­té afin de ne pas aper­ce­voir les marques des poils.
  • Une brosse des­ti­née au lus­trage des fini­tions cirées.
    • Des brosses en soie.
      Recom­man­dée pour les bois tendres.
    • Des brosse en fibre végé­tale (tam­pi­co).
      Le Tam­pi­co est le nom d’une fibre végé­tale tirée des feuilles d’une varié­té d’A­gave (Agave Leche­guilla).
      On uti­lise cette brosse notam­ment pour enle­ver le sur­plus d’en­caus­tique qui aurait pu s’in­tro­duire dans les mou­lures ou autres sculp­tures du meuble, ou pour net­toyer le meuble.
      Ces brosses sont plu­tôt à pri­vi­lé­gier pour les bois « durs » comme le chêne ou le châ­tai­gnier.
      brosse

      Brosse en tam­pi­co

    • Brosses en plumes d’oie.
      Éga­le­ment recom­man­dée pour les bois durs.
  • De chif­fons pour faire briller (ou cha­moi­sines). On peut uti­li­ser aus­si un chif­fon de laine enve­lop­pé dans un bas 🙄chamoisine
  • Des gants pour évi­ter les aller­gies de contact à la téré­ben­thine…
  • (facul­ta­tif) De la laine d’a­cier extra-fine pour lus­trer.
  • (facul­ta­tif) De la mèche de coton pour enle­ver l’é­ven­tuel excé­dent de cire.

Les étapes

1. Nettoyer

Dépous­sié­rer le meuble. Sur les mou­lures, vous pou­vez uti­li­ser un pin­ceau sec pour plus d’ef­fi­ca­ci­té.

Si le meuble est encras­sé (tâches de mouches, …) et / ou ancien, il faut d’a­bord le net­toyer. Pour cela, uti­li­ser un tam­pon de laine d’a­cier 000 (on dit « triple zéro ») imbi­bée d’es­sence de téré­ben­thine de pré­fé­rence dans le sens des fibres du bois. Une fois cette tâche réa­li­sée, essuyer avec un chif­fon et lais­ser sécher (attendre que la téré­ben­thine s’é­va­pore).

2. Appliquer la « cire »

Qu’il s’agisse de chif­fons ou du pin­ceaux, pour appli­quer l’en­caus­tique, ce qui compte le plus, c’est de ne pas en mettre trois tonnes ! Et pour­tant la ten­ta­tion est grande (je sais, je l’ai fait !). On se dit sûre­ment quelque chose comme : « comme çà le meuble sera mieux pro­té­gé / nour­rit / brillant … ». Et bien non, le résul­tat sera plu­tôt un meuble plus encras­sé (les pous­sières atta­che­ront plus faci­le­ment des­sus …), exac­te­ment le contraire de ce que l’on veut faire. Fina­le­ment, il vaut mieux mettre plu­sieurs couches fines (appli­quer / attendre / lus­trer plu­sieurs fois) plu­tôt qu’une grosse couche.

Pour appli­quer la cire au chif­fon, on trempe un petit bout du chif­fon dans la boite qui contient l’en­caus­tique et on dépose la cire sur le meuble en la répar­tis­sant bien à l’aide de mou­ve­ments cir­cu­laires.

Si vous dési­rez une fini­tion cirée moins brillante (notam­ment sur un bois déjà ver­ni), vous pou­vez appli­quer l’en­caus­tique au moyen d’une laine d’a­cier extra-fine. Dans ce cas, appli­quez celle-ci dans le sens du fil du bois.

A la fin du tra­vail (ou au bout de quelques minutes), on peut enle­ver l’é­ven­tuel excé­dent de cire à l’aide d’une mèche de coton ou à défaut d’un chif­fon.

3. Attendre…

Pour­quoi attendre ? Il faut tout sim­ple­ment que l’es­sence de téré­ben­thine s’é­va­pore. On pour­ra lais­ser les fenêtres ouvertes pour évi­ter que les vapeurs d’es­sence ne soient concen­trées dans la pièce. En géné­ral on attend une heure avant de pas­ser à l’é­tape sui­vante.

4. Lustrer

D’a­bord, pas­ser la brosse dure afin d’é­li­mi­ner les excé­dents de cire pour évi­ter que le meuble ne s’en­crasse – le frot­te­ment per­met d’é­chauf­fer la cire. Atten­tion : ne pas frot­ter trop fort non plus au risque de lais­ser des marques — expé­rience vécue : comme tout débu­tant, je me suis dit, plus on frotte fort, plus çà brille 😉 —

Ensuite, polir la sur­face au chif­fon doux (et propre sur­tout, sinon on risque d’é­ta­ler un res­tant d’en­caus­tique qui traî­ne­rai sur le chif­fon, ce serait dom­mage) dans le sens des fils du bois, puis dans un mou­ve­ment cir­cu­laire et on fini dans le sens du fil du bois. Il faut frot­ter vigou­reu­se­ment, et ne pas hési­ter à retour­ner le chif­fon sou­vent afin de faire briller et non de répar­tir la cire. Si la sur­face ne devient pas brillante, il y a de forte chance pour que vous ayez appli­qué trop de cire ou que vous ayez atten­du trop long­temps pour lus­trer votre meuble après l’ap­pli­ca­tion de l’en­caus­tique. Dans ce cas, il vous fau­dra frot­ter la cire avec un chif­fon imbi­bé d’es­sence de téré­ben­thine et recom­men­cer (voir l’é­tape net­toyer).

Autres méthodes

Si vous ne sou­hai­tez pas encaus­ti­quer parce que vous trou­vez que l’o­deur de l’es­sence de téré­ben­thine (ou sa toxi­ci­té) est désa­gréable, il existe d’autres méthodes pour cirer vos meubles. Vous pou­vez par exemple vous réfé­rer à cet article sur le ciré au liège qui consiste à appli­quer une fine couche de cire et à la chauf­fer à l’aide d’une cale de liège.

Cré­dit pho­to : milk­pain­ter | Patine d’Au­tre­fois

20 Commentaires

  1. Marc

    Bon­jour,
    j’ai fais une bêtise. j’ai refais le papier peint de ma cui­sine et pour cela j’ai uti­li­sé une décol­leuse. Le temps qu’elle chauffe, je l’ai posé sur ma table en noyer. Du coup j’ai une trace bru­nâtre que je n’ar­rive pas à faire par­tir. Avez vous une idée svp ?
    Vous remer­ciant par avance, cor­dia­le­ment.

    1. milkpainter (Auteur de l'article)

      Bon­jour,
      Je vous pro­pose deux solu­tions :
      – soit essayer de trou­ver une teinte la plus proche pos­sible de celle de votre table (maga­sin de bri­co­lage ou sur le net). Pon­cez l’en­droit où il y a votre trace (voir l’ar­ticle du blog sur le pon­çage) et appli­quez votre ver­nis / fini­tion tein­tée. Cette solu­tion ne don­ne­ra pas les meilleurs résul­tats mais c’est la plus rapide.
      – soit déca­per entiè­re­ment votre table (raclage / pon­çage) et appli­quer la fini­tion de votre choix (vous pou­vez du coup choi­sir une autre teinte / une autre fini­tion). Cette solu­tion est plus longue mais c’est celle qui don­ne­ra les meilleurs résul­tats. Sur mon blog, je pré­co­nise plu­tôt des fini­tions saines (évi­ter les ver­nis poly­uré­thanes) …
      Bon cou­rage et n’hé­si­tez pas à nous envoyer des pho­tos, çà pour­ra faire un article sur le sujet qui pour­ra aider d’autres per­sonnes !

  2. Dominique

    J’ai ciré une rampe d’es­ca­lier avec de la patine libe­ron noire et celle ci ne seche pas. Com­ment faire pour la secher et ne plus avoir les mains noires au tou­cher ?
    Mer­ci pour vos conseils

    1. milkpainter (Auteur de l'article)

      Si votre cire ne « sèche pas », il y a de fortes chances que vous en ayez mis une couche trop épaisse. Il est pré­fé­rable de mettre de fines couches quand on étale sa cire. Je vous pro­pose donc tout sim­ple­ment d’en­le­ver le sur­plus à l’aide d’un chif­fon. Bon cou­rage !

      1. Dominique

        Mer­ci pour votre réponse, c’est ce que j’ai fait à plu­sieurs reprise je vais encore m’y col­ler mais cela ne semble pas vrai­ment mar­cher …

  3. georges

    Bon­jour,
    J’ai repeint recem­ment le lit de mon bébé avec une pein­ture aux algues donc sen­sé être natu­rel et non toxique dans le cas où il s’a­muse à se faire les dents sur les bords du lit. Le pro­blème c’est que cette pein­ture n’est pas très résis­tante aux chocs et aux égra­ti­gnures.
    Le ven­deur m’a mon­tré une astuce sur une planche qui consiste à mettre de la cire d’an­ti­quaire (Libe­ron) sur le bois peint pour rendre la pein­ture résis­tante. Le pro­blème c’est que je me demande si cette cire pour­ra fonc­tion­ner sous 3 couches de pein­ture et si ce pro­duit une fois sec, est sans dan­ger pour mon bébé ? J’ai cru com­prendre que la cire contient de la téré­ben­thine très toxique pour moi quand je devrai l’ap­pli­quer et pour bébé si il arrive tout de même à ingur­gi­ter des mor­ceaux. Est-ce que vous pou­vez me ren­sei­gner ? Mer­ci d’a­vance.

    1. milkpainter (Auteur de l'article)

      Bon­jour Georges,
      Je ne connais­sais pas la pein­ture aux algues… Appa­rem­ment les algues sont uti­li­sées comme liant !
      Pour la pro­tec­tion de la pein­ture, vous pou­vez effec­ti­ve­ment choi­sir de la cire. Le pro­blème c’est qu’elle n’est pas super résis­tante à l’hu­mi­di­té et que la cire du com­merce contient le plus sou­vent des déri­vés pétro­liers pas très éco­los. Du coup si vous vou­lez abso­lu­ment de la cire, cher­chez une cire avec de l’es­sence de téré­ben­thine 100% pure gemme (voir l’ar­ticle à ce sujet sur le blog) ou … fabri­quez là vous même :-). L’es­sence va s’é­va­po­rer dans l’air après appli­ca­tion donc pas trop de crainte à ce niveau.
      L’autre solu­tion (que je choi­si­rai per­son­nel­le­ment), c’est d’u­ti­li­ser plu­sieurs couches très fines d’huile de lin (là encore, prendre une huile de bonne qua­li­té). Vous pou­vez consul­ter l’ar­ticle à ce sujet qui vous ren­sei­gne­ra sur le mode d’ap­pli­ca­tion. Pour info, l’huile va assom­brir un peu la pein­ture mais c’est 100% natu­rel et bébé ne crain­dra rien. Bonne conti­nua­tion !

      1. georges

        Mer­ci pour votre réponse très ins­truc­tive. Huile de lin semble une bonne solu­tion mais je ne suis pas très doué et son uti­li­sa­tion est plus com­pli­quée, plus longue (5/7j de sechage) et avec sa colo­ra­tion jaune… La pein­ture aux algues n’est pas très cou­vrante, j’ai donc mis 3 couches pour que ça soit bien blanc, la couche est donc épaisse, pen­sez-vous que la cire ou le lin pour­ront être effi­cace ?
        J’ai vu des cires dans le com­merce dite  » bio » est-ce que vous me conseille­riez ce type de pro­duit ?

  4. delecray

    j’ai ciré un peu trop les éta­gères d’une biblio­thèque en chêne, j’ai beau lus­trer, je les trouve col­lantes et je n’ose plus repo­ser les livres. Une amie m’a dit qu’elle avait posé un car­ton fin avant de rem­plir de nou­veau ses rayons. mai c’est vrai­ment moche et comme me livres sont de toutes les tailles, cela me semble dif­fi­cile. Et, où trou­ver des feuilles de car­ton fines.
    J’ai essuyé avec un chif­fon micro-fibre humide mais c’est encore col­lant et je pense que sans pro­tec­tion, mes livres aurant les tranches très jaunes et seront fou­tus.
    J’ai besoin de votre aide, mer­ci.

    1. milkpainter (Auteur de l'article)

      Bon­jour,
      Je vous pro­pose de suivre l’é­tape décrite dans le para­graphe « Net­toyer » : uti­li­ser de la laine d’a­cier imbi­bée d’es­sence de téré­ben­thine. Si cela ne fonc­tion­nait pas, uti­li­sez du papier abra­sif à grain fin. Bon cou­rage et n’hé­si­tez pas à nous dire si cela à fonc­tion­né !

  5. Françoise

    J’ai enle­vé tout le vieux ver­ni et pon­cé ma table en chêne, avant de cirer dois je mettre un pro­duit ?

    1. milkpainter (Auteur de l'article)

      Vous pou­vez éven­tuel­le­ment tein­ter votre bois (sauf si votre cire contient déjà des pig­ments qui teintent le bois). Atten­tion à la fini­tion cirée sur une table, cire et eau ne font pas bon ménage : pen­sez à essuyer immé­dia­te­ment toute trace. Je vous recom­mande de hui­ler votre table (voir les articles écrits à ce sujet) avant de la cirer : au pire, en cas de tache acci­den­telle, vous n’au­rez « que » la couche de cire à réap­pli­quer mais le bois ne sera pas atteint.

  6. laurence

    J’ai un meuble en meri­sier mas­sif de france. Je le net­toie exclu­si­ve­ment avec de la cire téré­ben­thine ( tous les deux mois envi­ron) de marque « les anciens ébé­nistes » et il se déco­lore peu à peu : les bandes de meri­sier appa­raissent et deviennent jaunes, on sent légè­re­ment à la main les bandes de meri­sier sur le pla­teau. je n’u­ti­lise rien d’autres et il n’y a pas eu d’ac­ci­dent type eau, chaud , etc.… je ne com­prends pas , la téré­ben­thine est cen­sée entre­te­nir le bois/Pour ma part , j’ai l’im­pres­sion qu’il l’a dégra­dé, Ce meuble il est chez moi depuis 2001 donc il a eu le temps d’é­vo­luer avec soleil … et tou­jours à la même place. Quel­qu’un peut il m’é­clai­rer ?
    Sinon, je vais faire pas­ser un ébéniste.Merci

    1. milkpainter (Auteur de l'article)

      Bon­jour Lau­rence,
      L’es­sence de téré­ben­thine a du agir sur la fini­tion (pro­ba­ble­ment à base de cire) qui pro­té­geait le meuble en le dis­sol­vant. Du coup soit voit conti­nuez et votre meuble se retrou­ve­ra à nu puis vous appli­quez une nou­velle fini­tion. Soit vous arrê­tez d’u­ti­li­ser ce trai­te­ment et vous repas­sez de la cire. Atten­tion : ne pas confondre cire à l’es­sence de téré­ben­thine (qui pro­tège le meuble) et essence de téré­ben­thine (tout court) qui lui dis­sou­dra la cire !

  7. DM

    Bon­jour,
    J’ai ache­té une pen­de­rie ver­nis d’oc­ca­sion. Cette der­nière, en épi­céa, com­porte de nom­breux chocs qui laissent donc appa­raître le bois brut. Com­ment faire pour atté­nuer ces chocs ? Y a t’il des solu­tions comme « diluer » le ver­nis autour pour la faire « déborder/camoufler » sur les chocs.
    Mer­ci pour votre blog et ses conseils.
    DM

    1. milkpainter (Auteur de l'article)

      Bon­jour,
      La meilleure solu­tion consis­te­rai à enle­ver tout le ver­nis (à l’aide d’un racloir, de pon­ceuse et/ou papier abra­sif) et de refaire la fini­tion après avoir atté­nué l’as­pect visuel des chocs en pon­çant au papier abra­sif plus gros­sier autour du choc ou tou­jours à l’aide d’un racloir.
      Le « bri­co­lage » à l’aide de pâte à bois ou autre feutre de retouche (trou­vable dans n’im­porte quelle grande sur­face de bri­co­lage) est aus­si pos­sible, mais le résul­tat sera pro­ba­ble­ment moins esthé­tique (cela dépend de l’am­pleur des dégâts…).

  8. Daubrenet

    J’ai ache­té un buf­fet en bois mas­sif en meri­sier. Il a quelques choc sur la facade . Est ce que le ciré va atté­nuer les choc ?

    1. milkpainter (Auteur de l'article)

      Mal­heu­reu­se­ment non… Le ciré ne va appor­ter qu’une très faible épais­seur qui ne pour­ra pas com­bler les trous créés par les chocs. Pour atté­nuer les chocs visibles, il est pré­fé­rable de s’o­rien­ter vers de la pâte à bois (éven­tuel­le­ment tein­tée de la même cou­leur que la teinte de votre buf­fet).

      1. Lavoisier

        Bon­jour
        Je vous pro­pose une astuce qui atté­nue les marques de chocs.
        Mais pour cela il est pré­fé­rable de le faire sur bois nu.
        On pose un chif­fon mouillé sur la sur­face a répa­rer et on pose le fer à repas­ser pas trop chaud. Il faut renou­ve­ler jus­qu’à regon­fle­ment de la par­tie enfon­cée. Bien évi­dem­ment il fau­dra pré­voir de cirer entiè­re­ment le meuble.
        J’ai ain­si récu­pé­ré un trou de 3 mm.

        1. milkpainter (Auteur de l'article)

          Mer­ci pour votre astuce !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.