Patine d'Autrefois

Encaustique pure gemme (2/2)

Encaustique et chiffon

Cet article fait suite à ma pre­mière ten­ta­tive pour réa­li­ser une encaus­tique à base de téré­ben­thine pure gemme. Il faut voir ces articles comme une série de tests « DIY » (Do It Your­self) afin d’obtenir un pro­duit de qua­li­té pour encaus­ti­quer nos meubles, et non comme des recettes à suivre au pied de la lettre. N’hésitez pas d’ailleurs à lais­ser vos com­men­taires sur vos propres ten­ta­tives ou sur les astuces que vous auriez décou­vertes !

La pre­mière ten­ta­tive man­quait clai­re­ment d’essence de téré­ben­thine : la cire n’était pas com­plé­te­ment dis­soute. Pour cette seconde ten­ta­tive, nous allons donc mettre beau­coup plus d’essence de téré­ben­thine ! D’autant qu’ainsi la tex­ture sera beau­coup plus cré­meuse et donc plus facile à appli­quer… J’ai donc choi­si (après quelques essais je l’avoue) d’augmenter la dose d’essence à 70 % du pro­duit. Pour les 30 % res­tant, j’ai dimi­nué la dose de cire de Car­nau­ba par rap­port au pre­mier essai (peut-être un peu trop ?).

Afin de gagner du temps, je vou­lais essayer aus­si la méthode « à chaud ». Contrai­re­ment à la der­nière fois, où j’attendais sage­ment que les cires se dis­solvent, ici je vais chauf­fer les cires au bain marie. Le pro­ces­sus est plus rapide et per­met aus­si de ver­ser le conte­nu faci­le­ment dans les réci­pients sans avoir à remuer dans ceux-ci : le résul­tat est plus « pré­sen­table ».

Ma « recette » d’encaustique

Matériel

  • Une cas­se­role / Bain marie Bain marie
  • Des petits pots assez larges (j’ai uti­li­sé des petits pots de crème) Pots de crème
  • Un ther­mo­mètre éven­tuel­le­ment

Ingrédients

Pour 3 petits pots de 20 cL

  • 110 g de cire d’abeille (envi­ron 26%) Cire d'abeille gaufrée Cire d'abeille
  • 15 g de cire de car­nau­ba (en paillettes) (envi­ron 4%)
    Cire de carnauba
  • 285 mL d’essence de téré­ben­thine pure gemme (envi­ron 70%)
    Essence de térébenthine

    Pour ceux qui n’auraient pas lu l’article sur l’essence de téré­ben­thine, un mini­mum de pré­cau­tions s’imposent quand on emploie une telle sub­stance :

    • Il convient de mettre l’essence de téré­ben­thine à l’abri de la lumière, de la cha­leur, des flammes nues et des étin­celles. Ne pas fumer à proxi­mi­té.
    • Refer­mez la bou­teille ou le conte­nant juste après avoir uti­li­sé la quan­ti­té néces­saire. Ce n’est pas la peine de le lais­ser ouvert : les vapeurs seraient relâ­chées dans l’air.
    • Évi­ter les contact avec la peau et les yeux (se laver les mains soi­gneu­se­ment après uti­li­sa­tion).
    • Lais­ser les fenêtres ouvertes ou, mieux, tra­vailler à l’extérieur.
    • Ne pas reje­ter dans les égouts ou dans le milieu natu­rel
    • Évi­ter d’utiliser chez les femmes enceintes
    Per­son­nel­le­ment, j’utilise une plaque de cuis­son à induc­tion : cela réduit les risques car il n’y a pas de flammes. Cela me per­met d’adapter aus­si rapi­de­ment la tem­pé­ra­ture de cuis­son pour faire chauf­fer la cire.

Réalisation

  1. Faire fondre (de pré­fé­rence au bain marie) les deux cires dans une cas­se­role (il faut atteindre une tem­pé­ra­ture de 83°C). Cires dans une casserole en cours de chauffe

    Avec une plaque type induc­tion et un bain marie, j’utilise d’abord un feu moyen (5) puis je réduit un peu quand la cire com­mence à fondre et un peu plus quand on arrive proche des 83°C. On peu uti­li­ser une cuillère en bois pour remuer le tout et accé­lé­rer la fonte.

  2. Quand tout est bien fon­du, ver­ser les cires dans l’essence de téré­ben­thine et remuer pour cas­ser les mor­ceaux de cire qui com­mencent à se for­mer.
  3. Ver­ser sans trop attendre dans les pots puis lais­ser refroi­dir. Encaustique en pot

Observations

Le résul­tat est bien meilleur que celui de la pre­mière ten­ta­tive ! La tex­ture est assez cré­meuse (mais pas trop) et ne néces­site pas trop d’effort pour aller sur le chif­fon.

Je pense qu’il serait néces­saire de chauf­fer un peu l’essence de téré­ben­thine afin que la cire ne refroi­disse pas trop bru­ta­le­ment car des petits mor­ceaux com­men­çaient à s’amalgamer en remuant.

On aper­çoit des petites cra­que­lures le long du pot : ceci est pro­ba­ble­ment du au refroi­dis­se­ment trop bru­tal de l’encaustique.

Nettoyage des ustensiles

Pour ceux qui seraient ame­nés à fabri­quer régu­liè­re­ment de l’encaustique (miel­le­ries, ébé­nistes…), je conseille­rais plu­tôt de ne rien net­toyer et de réuti­li­ser tou­jours le même maté­riel ! En effet, d’une part cela évite d’éventuels rejets de l’essence de téré­ben­thine dans le milieu natu­rel. D’autre part, le net­toyage après réa­li­sa­tion est assez labo­rieux. A la pro­chaine uti­li­sa­tion, la cire se décol­le­ra des parois sous l’effet de la cha­leur.

Sinon, si vous tenez vrai­ment à net­toyer, vous pou­vez :

  1. Faire bouillir de l’eau (ou uti­li­ser de la vapeur d’eau) dans la cas­se­role que vous avez uti­li­sé afin de dis­soudre le plus gros de la cire. Fil­trer ensuite dans un col­lant ou un tis­su fin, pour recueillir la cire et jeter à la pou­belle.
  2. Frot­ter ensuite ce qui reste avec de la laine d’acier fine pour enle­ver les rési­dus qui seraient res­té accro­chés.

Ce qu’il reste à améliorer

Pour la pro­chaine ten­ta­tive, j’essaierai d’améliorer les points sui­vants :

  • Chauf­fer l’essence
    Pour évi­ter le refroi­dis­se­ment trop brusque de la cire dans l’essence, j’essaierai de chauf­fer légè­re­ment l’essence de téré­ben­thine (vers 30° C).
  • Agi­ter plus vigou­reu­se­ment
    Pour évi­ter la for­ma­tion de cris­taux de cire et avoir une tex­ture bien homo­gène.
  • Amé­lio­rer le refroi­dis­se­ment
    Pour évi­ter les cra­que­lures à la sur­face de l’encaustique, peut-être fau­drait-il chauf­fer légè­re­ment les pots pour évi­ter une trop grande dif­fé­rence de tem­pé­ra­ture quand la cire vient au contact. Je pense qu’il serait aus­si effi­cace de souf­fler de l’air chaud au début du refroi­dis­se­ment sur le des­sus des pots (pour évi­ter la dif­fé­rence de tem­pé­ra­ture entre l’air ambiant et la cire liquide). Par contre sur ce der­nier point je ne sais pas trop com­ment m’y prendre…
  • Pig­ments
    J’aimerai essayer de colo­rer l’encaustique pour pro­po­ser dif­fé­rentes teintes afin de « ravi­ver » les meubles dont la teinte se serait ter­nie. Cette étape n’est pas facile car il faut trou­ver le bon dosage pour les pig­ments que l’on sou­haite ajou­ter. Je sou­haite essayer :
    – L’orcanette
    – Le cur­cu­ma
    – Le rocou
    – L’Aloès
  • Huile essen­tielle d’orange
    Afin d’avoir une odeur un peu adou­cie, j’aimerai ajou­ter un peu de goutes d’huiles essen­tielle (j’ai pen­sé à l’orange).
  • Éti­quette
    Pour pou­voir en don­ner à mes amis, à ma famille ou pour­quoi pas en com­mer­cia­li­ser si un jour je suis satis­fait du résul­tat
  • Peut-être aug­men­ter la dose de cire de Car­nau­ba
    Pour un meilleur fini, car je pense que j’ai un peu trop dimi­nué la dose ce coup-ci…

N’hésitez pas à me faire part de vos remarques concer­nant vos propres essais ou vos propres dosages !

Cré­dit pho­to : milk­pain­ter | Patine d’Autrefois

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.