Patine d'Autrefois

L’essence de térébenthine et ses alternatives

Care sur un pin

L’essence de téré­ben­thine est beau­coup uti­li­sée dans le trai­te­ment du bois. On la retrouve par exemple asso­ciée à l’huile de lin pour que celle-ci pénètre mieux le bois. Elle sert aus­si à pré­pa­rer l’encaus­tique à l’essence afin de faire fondre la cire pour faci­li­ter son appli­ca­tion sur le bois.

Ce qui carac­té­rise, à mon avis, le plus l’essence de téré­ben­thine, c’est son odeur. Per­son­nel­le­ment, j’adore cette odeur qui me fait pen­ser à l’atelier de mes grands-pères, quand ils tra­vaillaient le bois ! Mon fils de 6 ans, par contre, n’aime pas du tout (j’avais ciré deux meubles der­niè­re­ment, et lui de dire « c’est quoi qui sent mau­vais ?»).

L’essence de térébenthine, c’est quoi ?

L’essence de téré­ben­thine est une huile essen­tielle. Si, si ! Tout comme celles que vous uti­li­sez éven­tuel­le­ment dans vos pro­duits ména­gers fait mai­son ou dans vos dif­fu­seurs.

L’essence est un liquide vola­til concen­tré extrait par dis­til­la­tion de cer­tains végé­taux ou pétrole. Les essences miné­rales sont des déri­vées du pétrole brut. Les essences natu­relles sont d’origine végé­tale elles sont aus­si appe­lées huiles essen­tielles.

Elle est pro­duite à par­tir d’une oléo­ré­sine (la téré­ben­thine) qui, une fois puri­fiée puis dis­til­lée, donne de la colo­phane et de l’essence de téré­ben­thine. Cette gemme per­met la cica­tri­sa­tion du pin. Elle est com­po­sée de colo­phane, d’essence de téré­ben­thine et d’eau.

Care sur un pin

Une care effec­tuée sur un pin et le pot de résine pour récol­ter la gemme

La fabri­ca­tion de l’essence de téré­ben­thine com­prend les étapes sui­vantes :

  • La puri­fi­ca­tion, qui consiste à éli­mi­ner les impu­re­tés (aiguilles, écorce, pous­sière …) de la gemme en la fai­sant fondre et en la fil­trant.
  • L’hydro-distillation. On ajoute de l’eau à la gemme et, en avoi­si­nant les 100 degrés Cel­sius, la vapeur entraine l’essence de téré­ben­thine. Ces vapeurs passent dans un réfri­gé­rant à eau où elles sont conden­sées. On récu­père alors le dis­til­lat.
Alambic pour obtenir de l'essence de térébenthine

Uti­li­sa­tion de l’alambic pour obte­nir l’essence de téré­ben­thine

L’essence de téré­ben­thine est com­po­sée de plu­sieurs molé­cules dont prin­ci­pa­le­ment des hydro­car­bures appe­lés ter­pènes (mono­ter­pènes (C10H16) notam­ment l’α-pinène ).

Quelle essence ?

A vrai dire, on a du mal à s’y retrou­ver… Il existe plu­sieurs termes, indi­quant si oui ou non l’essence de téré­ben­thine a été pré­pa­rée (ou « cou­pée ») à par­tir de pro­duits pétro­liers.

  1. Essence de téré­ben­thine
    Il s’agit « à prio­ri » d’une essence de téré­ben­thine non cou­pée. Néan­moins, comme je l’explique ci-des­sous, les fabri­cants qui n’utilisent pas d’additifs l’indiquent expli­ci­te­ment.
  2. Essence de téré­ben­thine « pure gemme »
    Le terme « pure gemme » indique qu’aucun addi­tif a été ajou­té à la gemme (colo­phane et essence de téré­ben­thine) pour obte­nir cette huile essen­tielle. C’est un gage de qua­li­té mais le coût est for­cé­ment plus éle­vé. C’est cette appel­la­tion que l’on recher­che­ra pour fabri­quer nos propres pro­duits à base d’essence de téré­ben­thine. Il s’agit d’un pro­duit d’origine natu­relle et bio­dé­gra­dable.
  3. Essence « à la » téré­ben­thine
    Il s’agit d’un pro­duit qui contient un cer­tain pour­cen­tage de téré­ben­thine pur gemme diluée avec un pro­duit pétro­li­fère (du « white–spirit »).

On trouve aus­si par­fois le terme « bal­sa­mique » (qui agit comme un baume) acco­lé à essence de téré­ben­thine.
Il peut y avoir le terme « rec­ti­fié » (ou dou­ble­ment rec­ti­fié !). C’est le pro­ces­sus qui a lieu après avoir puri­fié la gemme. On dit qu’elle a été rec­ti­fiée quand il y a eu deux dis­til­la­tions.

Ne pas confondre avec la téré­ben­thine de Venise qui est un baume soluble dans l’essence de téré­ben­thine, uti­li­sé en pein­ture (cire ou huile) pour retar­der le séchage et ajou­ter un aspect brillant.

Toxicité et recommandations

Pas­sons aux choses qui fâchent : l’essence de téré­ben­thine est toxique et néfaste pour l’environnement 

Si l’on s’en réfère à la fiche toxi­co­lo­gique  éta­blie par l’Institut Natio­nal de Recherche et de Sécu­ri­té, l’essence de téré­ben­thine est un liquide :

  • faci­le­ment inflam­mable.
  • dont l’inhalation peut pro­vo­quer des signes d’irri­ta­tion ocu­laire, nasale, pul­mo­naire
  • qui peut entrai­ner des der­ma­toses d’irritation et aller­giques (eczé­ma)

Quelques conseils :

  • Il convient de mettre l’essence de téré­ben­thine à l’abri de la lumière, de la cha­leur, des flammes nues et des étin­celles. Ne pas fumer à proxi­mi­té.
  • Refer­mez la bou­teille ou le conte­nant juste après avoir uti­li­sé la quan­ti­té néces­saire. Ce n’est pas la peine de le lais­ser ouvert : les vapeurs seraient relâ­chées dans l’air.
  • Évi­ter les contact avec la peau et les yeux (se laver les mains soi­gneu­se­ment après uti­li­sa­tion).
  • Lais­ser les fenêtres ouvertes ou, mieux, tra­vailler à l’extérieur.
  • Ne pas reje­ter dans les égouts ou dans le milieu natu­rel
  • Évi­ter d’utiliser chez les femmes enceintes

Quelles alternatives ?

Si l’on sou­haite rem­pla­cer l’essence de téré­ben­thine, il existe éga­le­ment un autre sol­vant, beau­coup uti­li­sé dans les pein­tures dites « éco­lo­giques » : les essences d’agrume. C’est éga­le­ment une huile essen­tielle obte­nue par pres­sion et dis­til­la­tion des écorces d’oranges, de citrons, de pam­ple­mousses… Pour cer­tains, son odeur est beau­coup plus agréable que l’essence de téré­ben­thine. Cepen­dant, on reste au niveau de la toxi­ci­té à des niveaux com­pa­rables à ceux de l’essence de téré­ben­thine (irri­tant pour les yeux, la peau, les voies res­pi­ra­toires, toxique pour les milieu aqua­tiques …).

On le trou­ve­ra sous des appel­la­tions (et des com­po­si­tions …) dif­fé­rentes sui­vant les fabri­cants : essences d’écorces d’agrumes, huile essen­tielle d’orange, dis­til­lat d’agrumes. Atten­tion tou­te­fois, ils sont sou­vent cou­pés avec des mys­té­rieux com­po­sants isoa­li­pha­tiques (pas très natu­rels …), un peu comme l’essence « à  la » téré­ben­thine. Bref, peut se sub­sti­tuer à l’essence de téré­ben­thine mais ce n’est pas réel­le­ment mieux …

Sinon, à défaut de sub­sti­tuer l’essence de téré­ben­thine par un autre com­po­sant, pour­quoi ne pas tout sim­ple­ment s’en pas­ser :

  • Cirer sans encaus­tique mais en uti­li­sant du liège. On uti­lise pour cela de la cire en pain. On frotte celle ci sur le bois (assez for­te­ment). Avec une cale en liège (cale à pon­cer …), on frotte dans le sens du fil du bois afin de faire chauf­fer la cire. Pour finir, on passe un chif­fon non pelu­cheux pour faire briller.
    On peut aus­si uti­li­ser une autre tech­nique : le ciré au fer (à repas­ser).
  • Rem­pla­cer son encaus­tique clas­sique par une encaus­tique à l’eau (ou cire sapo­ni­fiée). Cette recette se com­pose d’eau, de cire, de savon et de car­bo­nate de potas­sium (ou d’ammonium).
  • Pour un trai­te­ment du bois à l’huile de lin, faire chauf­fer (mais non bouillir) son huile pour amé­lio­rer la péné­tra­tion dans le bois en rem­pla­ce­ment de l’essence de téré­ben­thine.

J’en veux !

Quelques marques d’essence de téré­ben­thine pure gemme et des prix don­nés à titre indi­ca­tif (le 03/10/2015) :

  • Onyx (marque que l’on trouve en grande sur­face de bri­co­lage) – 6 euros/L
  • Ciron (marque que l’on trouve en grande sur­face de bri­co­lage) – 15 euros/L
  • Les trois matons – 20,10 euros / L
  • Nature & Har­mo­nie – 35 euros / L
  • Krei­de­zeit (Bal­sa­mic Tur­pen­tine) -
  • Alliance 4 – 8,10 euros / L – existe en ton­ne­let de 20L

On peut trou­ver ces marques sur le net ou dans des maga­sins de vente de maté­riaux éco­lo­giques. Je ne ferais pas de com­men­taires sur les écarts de prix évo­qués plus haut, à vous de vous faire votre propre opi­nion !!! Et n’oubliez pas de regar­der la com­po­si­tion, en cas de doute, n’achetez pas.

Vous en connais­sez d’autres ? N’hésitez pas à lais­ser un com­men­taire.

Pour en savoir plus

Aller plus loin…

Un livre sur le gem­mage : His­toire du Gem­mage des Rési­neux dans le Monde  de Claude Cou­rau

Bre­vet de récolte de résine à l’abri de l’air

Sources

Sur wiki­pe­dia, les articles sui­vants : Gem­mage, Téré­ben­thine, Essence de téré­ben­thine, Ter­pène

Fiche toxi­co­lo­gique sur l’essence de téré­ben­thine : http://www.inrs.fr/publications/bdd/doc/fichetox?refINRS=FT%20132

Essence rec­ti­fiée : http://aromatherapie.comprendrechoisir.com/astuce/voir/50784/essence-rectifiee-essence-deterpenee-differents-etats-pour-une-essence

Pour les chi­mistes : http://www.researchgate.net/publication/261582023_Composition_chimique_et_activit_antimicrobienne_de_l’essence_de_trbenthine_du_pin_maritime_%28Pinus_pinaster%29_et_du_pin_d’Alep_%28Pinus_hale-_pensis%29_du_Maroc

Pour appro­fon­dir cet article, vous pou­vez éga­le­ment cher­cher le terme anglais de l’essence de téré­ben­thine dans votre moteur de recherche pré­fé­ré : tur­pen­tine.

Cré­dit pho­to : milk­pain­ter | Patine d’Autrefois

9 Commentaires

  1. Isa

    Mer­ci, pas­sion­nant et utile pour le grand public dont je fais par­tie !

    1. milkpainter (Auteur de l'article)

      Mer­ci à vous pour ce gen­til com­men­taire… Je suis content s’il a pu vous être utile !

  2. BelleIsa

    Mer­ci car pour ces pré­ci­sions utiles .…pas tou­jours facile de s’y retrou­ver dans tout ce qui est pro­po­sé et semble avoir l’air !!

  3. M. Jean-Pierre Mabille

    Je pos­sède le témoi­gnage d’un méde­cin dont le père diri­geait un ate­lier de dis­til­la­tion dans les Landes (1920) d’essence de téré­ben­thine. Il me disait qu’adolescent, sa mère lui admi­nis­trait quelques gouttes d’essence sur son mou­choir qu’il res­pi­rait en par­tant à l’école afin de com­battre la grippe. Ce méde­cin est deve­nu chi­rur­gien de grande renom­mée…

    Lorsqu’il était méde­cin sta­giaire, il tra­vaillait dans le milieu des courses et soi­gnait les arti­cu­la­tions de che­vaux avec un mélange d’essence de téré­ben­thine et de camphre. Il y a quelques temps encore, on soi­gnait les curistes de Dax avec des pul­vé­ri­sa­tions d’essence de téré­ben­thine ?

  4. Mathias

    Bon­jour,
    Mer­ci pour cet article clair et docu­men­té !
    Une ques­tion :
    J’utilise de l’essence de téré­ben­thine (pure gemme) avec de l’huile de lin. Appli­ca­tion en exté­rieur sur des planches de pin une couche – séchage de 5 jours en exté­rieur. A l’abris. Concer­nant la toxi­ci­té du pro­duit : faut-il lais­ser le bois plus long­temps dehors ?

    1. milkpainter (Auteur de l'article)

      Bon­jour,
      Je ne pense pas qu’il faille le lais­ser plus long­temps dehors : l’essence a eu le temps de s’évaporer… Concer­nant sa toxi­ci­té, c’est sur­tout au moment de l’application qu’il faut faire atten­tion (contact avec la peau ou les yeux, …).

      1. Mathias

        Mer­ci

  5. Cahouette

    Super ! Mer­ci pour cet article ! Résu­mé, clair et pile poil ce que cher­ché ! Mer­ci Mer­ci !

    1. milkpainter (Auteur de l'article)

      Content que vous ayez trou­vez les infor­ma­tions que vous recher­chiez ! Mer­ci pour votre com­men­taire et à bien­tôt.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.